BLOG - ÉQUILIBRE PERSONNEL

Les secrets de la marche afghane : régénérer le corps et apaiser l’esprit

Billet ajouté le 27 février 2020 à 11h08

À l’origine pratiquée par les tribus nomades comme les chameliers d’Afghanistan, la marche afghane a été théorisée dans les années 1980. Cette technique consiste à synchroniser nos pas sur notre respiration, et non l’inverse. Nul besoin d’être sportif, la marche afghane apaise, redonne de l'énergie et entretient la santé.

 

En synchronisant nos pas sur notre souffle, la marche afghane promet de nous faire avancer plus vite, plus loin, tout en déployant moins d’efforts. À la croisée de l’exercice physique et de la méditation, cette discipline offre une autre vision de la marche et du pouvoir de la respiration.

 

Une marche consciente

 

A l’origine de la marche afghane est… le rythme. Il en existe trois principaux, qu’il convient d’adopter selon la personne, le lieu ou le moment. L’enchaînement de base - celui qui respecte le plus la respiration naturelle - se décline sur huit temps : l’inspiration se fait par le nez sur les trois premiers pas, puis on suspend la respiration poumons pleins sur le quatrième, puis on expire par la bouche sur les trois pas suivants avant de suspendre son souffle poumons vides sur le huitième et dernier temps.

 

L’exercice se répète en nécessitant à chaque instant toute notre concentration pour compter sans cesse les pas ou, pour ceux qui le souhaitent, se répéter des pensées positives à chaque foulée. « La marche afghane nous plonge dans un état de conscience modifiée, à l’instar de la sophrologie, qui nous rend perméables aux pensées, explique Daniel Zanin, accompagnateur en montagne et sophrologue diplômé. D’où l’intérêt de lui associer des pensées positives et de les répéter, comme un mantra ».

 

Revitaliser le corps, apaiser l’esprit

 

Moins d’effort pour plus d’endurance, plus de vitalité aussi… la marche afghane est aujourd’hui reconnue pour ses vertus régénératrices. Son secret ? La suroxygénation, dynamisante et euphorisante. « Portés par le rythme, nous ressentons très vite un bien-être intense, explique Daniel Zanin. D’autant que le comptage se révèle très apaisant au niveau mental »

Sur le plan physique, la marche afghane est réputée agir sur le métabolisme, le fonctionnement cardio-vasculaire et la sensation de fatigue. Elle peut également apporter une réponse aux troubles du sommeil, à condition toutefois de ne pas la pratiquer après 17 heures, horaire auquel le corps se prépare au sommeil.

 

* "La Marche afghane pour tous", de Sylvie Alice Royer, aux éditions Thierry Souccar. **"La régénération par la marche afghane", par Colette et Edouard G. Stiegler, réédité en 2013 aux éditions Guy Trédaniel

 

Sources : Elle - La Marche afghane : Dossier préparé par Claire Byache – Emilie Cuisinier - Fémininbio